Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 15:25

Faut pas toucher les bestioles du lagon. Ceux qui poursuivent les tortues en essayant de s'accrocher à leurs carapaces (il y a des gens comme ça ; pas beaucoup, mais il y en a ...), je trouve ça ... Irresponsable. Pour le moins. Je ne l'ai jamais fait et je ne le ferai jamais. Non.

Non ... Mais ... 

Je viens d'avoir une des plus grosses émotions de ma vie : Sandra, une collègue de mon collège (très sympa) (je parle de la collègue, mais le collège l'est aussi) est venue passer le week-end à la maison, à la campagne (elle habite la ville ...). On a décidé d'aller se baigner, ce matin, malgré le temps ... Pas terrible. (vous vous en foutez du temps, mais une des plus grosses émotions de ma vie, je la balance pas comme ça, en 2 lignes ! Alors un peu de patience. Je brode.) Direction la baie des tortues. Mise à l'eau. Beaux poissons. Beaux coraux. Beau tombant. Comme d'hab.. Et puis je vois une énorme tortue, immobile, entre deux eaux, les nageoires tombantes, attendant sans doute que la marée remonte pour accéder à l'herbier entre le tombant et la plage. Surprise en plein repos. J'en profite pour l'observer, à une distance respectueuse pour ne pas l'effrayer (4 ou 5 mètres). Alors elle tourne sa grosse tête dans ma direction, puis, au lieu de s'éloigner un peu, elle se dirige lentement vers moi. Et bien elle s'est arrêtée à une quarentaine de centimètres de mon masque. On s'est regardés ... Droit dans les yeux, pendant quelques secondes, et puis elle a commencé à me contourner. Elle a fait deux tours de moi, tout doucement, toute proche, en me regardant. Moi, je tournais sur moi-même pour la suivre des yeux. Elle s'est éloignée d'un mètre et est revenue me froler, presque à me bousculer ! Alors j'ai posé ma main sur sa carapace. Si elle a senti quelque chose, elle ne l'a pas montré ! Je l'ai "caressée" pendant quelques secondes, et puis elle s'est éloignée de moi à nouveau, tranquille, tout doucement. Je l'ai suivie un peu en nageant à côté d'elle pour ne pas qu'elle croie que je la pourchassais. Elle ne modifiait pas sa trajectoire, alors je me disais que je ne la gênais pas. Et puis je me suis arrêté et elle a continué, tranquille. Trop cool.

Au retour, je nageais dans un petit mètre d'eau, à une vingtaine de mètres de la plage, je tombe nez à nez avec une murène-léopard. Une petite, de quarante centimètres de long, un diamètre de 2 centimètres. Genre. Super jolie. Evidemment, elle ouvre grand sa ... Bouche ? Pour m'impressionner. J'adore. Je m'immobilise autant que je peux malgré les mouvements d'eau, en m'accrochant aux caillous du fond de l'eau. Elle n'était pas planquée dans un trou de rocher comme la plupart de celles qu'on voit d'habitude (purée ! Je suis en train d'écrire qu'on a l'habitude de voir des murènes ! Quand je lirai mes articles à mes petits-enfants dans quelques années, je vais halluciner !). Constatant que sa manoeuvre d'intimidation ne marchait pas terrible, elle nage un peu plus loin en cherchant un trou où se cacher, toujours en gardant un oeil sur moi. Elle en trouve un, trop petit, de trou. Elle espérait quoi si près de la plage ? La moitié de son corps dépasse. Elle est franchement magnifique, noire et blanche tachetée de jaune (c'est bien une léopard, ça ?) Elle quitte à nouveau son trou à la recherche d'un autre plus sécurisant. Je la suis en maintenant une distance constante. Elle n'a pas l'air de paniquer (elle ne s'enfuit pas à tir de nageoire). De temps en temps, elle se retourne et m'ouvre un large bec tout de même. Mais de moins en moins souvent. Elle trouve non pas un trou mais un petit rocher percé. Elle se fait toute petite dans l'espèce de mini-tunnel. Sa tête dépasse du quart et sa queue aussi ... J'approche tout doucement ma main de sa queue. Elle peut la voir mais ne bronche pas. Elle n'ouvre même plus sa gueule. Résignée ? Confiante ? En tous cas, elle frémit à peine quand je lui touche la queue. Je la caresse quelques secondes. Elle sort du tunnel. Je la suis. Elle ne trouve toujours pas de cachette sécuritaire. Au bout de quelques autres trop petits trous, de quelques autres trop courtes minutes, elle se lasse de vouloir échapper à ma curiosité, peut-être parce qu'elle m'a mis, dans sa tête de poisson, dans la case "gros poisson non chassable mais non dangereux". Quoiqu'il en soit, elle s'est remise à chasser, enfonçant sa tête dans les petits trous de petits poissons, dans le sable, à la recherche d'une proie, sans plus faire attention à moi, venant même parfois dans ma direction, en fonction des petits trous de poissons qu'elle trouvait et qu'elle décidait d'explorer. Tout ça tout près de mon masque qui n'en croyait pas mes yeux ! Trop cool !

Bisous !

The masque

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ronan 05/06/2011 07:01


Les adjectifs de couleurs (bleu, rouge, vert, etc.) utilisés seuls s'accordent avec le nom qu'ils qualifient (Des pantalons bleus. Des robes vertes).

Si l'adjectif est composé, il reste invariable (Des yeux bleu vert). Cette règle est également valable pour les noms (ou les adjectifs) qui précisent la nuance (Des yeux bleu foncé. Des cheveux
brun clair. Une veste bleu pétrole, etc.).

Les noms de fruits, de pierres précieuses, de fleurs, utilisés pour désigner la couleur restent invariables (Des cravates orange. Des yeux émeraude).

Notez : "pourpre, mauve, rose, écarlate, fauve, incarnat" devenus de véritables adjectifs varient s'ils sont employés seuls (Il avait les joues écarlates).

Source : www.synapse.fr


Donc tu as bien raison, la murène est noirE et blanchE tachetéE de jaunE. En revanche elle habite dans des caillouX, pas des caillouS (sinon elle attraperait des pouX, elle se ferait mal aux
genouX, elle perdrait ses bijouX, etc.)

Didier va me reprocher mon ton sarcastique alors j'arrête, pour te dire le plaisir que j'ai eu à lire ton article. Moi qui ne touche jamais les bêtes et les machins au fond de l'eau (contrairement
à quelqu'un pas très loin de moi) j'ai pu vivre ça par procuration ! Evite quand même les raies-torpilles et les rascasses...

Bises

Ronan


Didier 11/06/2011 09:13



Quelle magistrale leçon.....! Incroyable ces profs du secondaire ! Toujours besoin d'étaler leur science.... Alors que nous les profs du primaire (les vrais profs, quoi!) nous sommes au-dessus de
tout cela ! ....oui même moi !!


Bises



baobab-mayotte 05/06/2011 01:09


Bonsoir Pierre et Didier, j'ai découvert votre blog en cherchant quelques infos sur Mayotte où nous allons nous installer d'ici aout avec mon ami. Et je souhaitais juste vous dire merci pour les
articles que vous partagez, Vos récits sont si plaisant à lire ! J'ai beaucoup aimé le portraits de vos élèves. Peut-être nous croiserons nous un jour... Mayotte semble si petite ! Bonne
continuation, une lectrice fan !


Pierre et Didier 11/06/2011 09:10



Hello ! Merci pour ton commentaire ! Suis allé faire un p'tit tour sur votre site, ça me rappelle des souvenirs (on sera jamais prêt ! Mais si ! Mais non !). En tous cas, bonne future arrivée sur
l'île ! Si vous avez besoin d'un coup de main, n'hésitez pas ! Par contre on part mi-juillet en métropole et on revient mi-août sur Mayotte. Mais si on peut vous rendre service...


En tous cas, à bientôt ! Bye,



Présentation

  • : Le blog de Pierre et Didier
  • : séjour à Mayotte vie perso et pro de deux profs
  • Contact